Vin biodynamique : qu’est-ce que c’est ?

Par Anthony — 6 minutes de lecture
vin biodynamique

Le monde, en général, est en train de marquer un changement de mode de vie et donc de consommation. Les gens sont en effet de plus en plus concernés par la qualité de ce qu’ils mangent ou boivent, ainsi que par la protection de l’environnement et le bien-être animal. C’est pourquoi, les pratiques évoluent, et notamment à la base, dans la façon de produire. Pour illustrer cette tendance et ce retour au naturel, nous allons aujourd’hui vous expliquer ce qu’est un vin biodynamique.

Vin biodynamique : définition

Les vins qui sont produits selon les principes de l’agriculture biodynamique sont appelés vins biodynamiques. La production de ces vins peut impliquer l’utilisation de pratiques biodynamiques soit uniquement pour la culture des raisins, soit pour l’ensemble du processus de vinification. Il peut s’agir de l’utilisation de préparations biodynamiques, de doses réduites de dioxyde de soufre et d’apports œnologiques minimaux par rapport à l’agriculture biologique.

La biodynamie est comparable à l’agriculture biologique (par exemple par la limitation des intrants de synthèse), à laquelle s’ajoutent des procédés pseudo-scientifiques tels que l’utilisation d’éléments dits « dynamisés » ou d’autres basés sur un prétendu effet de la Lune. La biodynamie est parfois critiquée pour son caractère ésotérique et pour avoir sous-estimé l’anthroposophie dont elle est issue. Malgré cela, ces approches ont été adoptées par plusieurs domaines viticoles de premier plan, dont le Domaine de la Romanée-Conti, M. Chapoutier, Roederer, Gérard Bertrand et le Domaine Zind-Humbrecht, bien qu’elles ne soient pas totalement acceptées par l’industrie du vin.

Histoire du vin biodynamique

La viticulture biodynamique, comme l’agriculture biodynamique, s’inspirent des idées de Rudolf Steiner. Cette méthode implique une combinaison de pratiques spirituelles fondées sur les intuitions mystiques et les enseignements anthroposophiques de Steiner. En 1924, il a présenté aux agriculteurs allemands huit conférences qui ont jeté les bases d’une approche différente de l’agriculture pratiquée à l’époque, qui dépendait de l’utilisation intensive de substances chimiques et d’engrais. La viticulture biodynamique considère les sols comme vivants et s’efforce de restaurer la vie organique des sols en interdisant l’application de pesticides et d’éléments synthétiques.

L’utilisation des approches biodynamiques dans les vignobles s’est généralisée au début des années 2000. Cette croissance peut être attribuée à l’accueil positif de ces techniques par deux des plus grands experts en vin : Robert Parker et Jancis Robinson.

Principes de vinification

En dehors des concepts fondamentaux de la vinification et d’un nombre limité de recherches menées sur ce sujet, il n’existe aucune preuve scientifique que la vinification biodynamique ait une quelconque influence sur le vin, par rapport aux méthodes de vinification biologique ou traditionnelle. Les producteurs de vin biodynamique peuvent adopter ou non les mêmes principes lors du processus de vinification, ce qui signifie que certains d’entre eux n’utilisent pas les directives spécifiées.

Ceux qui pratiquent cette technique insistent sur le fait qu’elle permet d’obtenir un meilleur équilibre entre la croissance végétative et la production de sucre dans les raisins, en fonction de leur maturité physiologique. Ils affirment également qu’elle a amélioré la qualité de leurs vins, en les rendant plus parfumés. En outre, cette approche permet d’obtenir un meilleur équilibre entre les niveaux de glycérol et d’alcool.

Vin bio ou biodynamique : quelles différences ?

Avant 2012, l’Europe ne réglementait que la viticulture en agriculture biologique et interdisait l’utilisation d’engrais de synthèse, de pesticides (le soufre et le cuivre étant les principaux traitements) et d’OGM. Aucune réglementation n’existait pour la phase de vinification, cependant, la législation a cherché à y remédier en introduisant un ensemble de règles. Ces règles fixent une limite à la quantité de matières premières et d’additifs (y compris le soufre, mais avec un seuil élevé) pouvant être utilisés, et interdisent certaines techniques comme l’électrodialyse et la désalcoolisation partielle. Il s’agit d’un grand pas en avant, même s’il a ses limites.

La gamme des additifs autorisés est large, incluant divers acides naturels (lactique, tartrique, citrique, ascorbique, etc.), les sulfites, les citrates, la levure, le sucre et, dans de rares cas, les copeaux de chêne pour une saveur boisée. Il est évident que l’on peut trouver aussi bien un vin portant une étiquette AB, créé avec une philosophie industrielle et contenant une quantité considérable d’additifs, qu’un vin élaboré par des artisans qui font attention à chaque étape, du vignoble à la cave à vin.

Allant au-delà des normes de l’agriculture biologique, Demeter, Biodyvin, Nature & Progrès sont quelques-uns des labels indépendants qui ont été créés pour exiger des paramètres plus stricts, considérant le lien entre l’écosystème du raisin et l’humanité. La vinification biodynamique consiste essentiellement à ne rien ajouter, enlever ou modifier, et à s’abstenir de tout apport œnologique destiné à modifier l’équilibre naturel du raisin.

Le vin biodynamique en pratique

La viticulture biodynamique tient compte des cycles naturels, en particulier du cycle lunaire ; la croissance de la vigne et du sol se fait à certains moments en fonction du cycle lunaire (comme la montée et la descente de la lune, le jour des feuilles, le jour des racines, etc.) et même le processus de vinification : le soutirage et la mise en bouteille se font également à des moments précis !

L’impact sur le goût est discutable, mais certains vignerons ont déclaré qu’une lune décroissante pouvait donner une saveur plus intense, tandis que d’autres évitent de déboucher leurs bouteilles pendant un nœud lunaire. La seule façon de se faire un avis, est de goûter le produit.

La viticulture biodynamique implique l’utilisation d’extraits botaniques (tels que l’ortie, la prêle, la valériane et la sauge) et de minéraux (comme la silice) pour revigorer le sol et donner plus de résistance aux vignes. Il s’agit d’une forme de « phytothérapie », ce qui signifie que le chef de culture prépare des traitements spéciaux qui sont pulvérisés sur les plantes pour renforcer leur force et les rendre plus résistantes aux maladies, comme au mildiou ou à l’oïdium, et au gel.

Maintenant que vous savez ce qu’est un vin biodynamique et quelles sont les différences avec les vins bio, il ne vous reste plus qu’à opter pour la bonne bouteille. N’hésitez pas à visiter un domaine qui travaille en biodynamique afin de vous faire votre propre idée sur le sujet.

Anthony

Par tradition familiale, il y a toujours eu du bon vin à la maison… Bien avant de faire du vin notre métier, au gré de mes déplacements professionnels, j’ai eu le plaisir de rencontrer des vignerons de différentes régions. Descendre dans leur caveau, sentir les odeurs des lieux, passer la main sur une barrique de chêne français, et enfin déguster un vin ou deux avec des explications passionnées du vigneron. Petit moment de bonheur… Alors voilà, aujourd’hui on en parle, on en vend, on en vit. Avec mon épouse, on est heureux de partager tout cela avec vous…   Suivez nos aventures sur instagram https://www.instagram.com/1envie1vin/ à la recherche des meilleurs vins à vous offrir.

Voir les publications de l'auteur